dimanche 16 juillet 2017

Antoine Emaz
Festival de Bazoches le 9 juillet 2017



















On met des mots
comme on soigne sans guérir

mais tout de même des mots

on ne sait pas vraiment pour qui pour quoi
on va dire du vivant
après

comme les empreintes des mains
un peu

du vivant est passé

au bout des traces
ce n'est pas du sens
seulement des traces (...)


Extrait de Limite paru en 2016 aux éditions Tarabuste

Antoine Emaz, né en 1955, vit à Angers. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de poésie notamment aux éditions Tarabuste ( Plaie en 2009, Peau en 2008, Os en 2004, Ras en 2001) et aux éditions Rehauts (Planche en 2016, Lichen lichen en 2003)



vendredi 7 juillet 2017

Denis Péan
Denis Péan, poète, musicien et chanteur du groupe Lo'Jo à Rochefort sur Loire le 1er juillet 2017




















"j'habite à côté du paradis
un palais imparfait qui donne
sur la guerre
j'ai un jardin qui donne
sur l'envers des choses
j'y ai planté mes "riddims"
créoles, des arômes polyrythmiques,
des petites pensées pentatoniques 
à la dernière lune de l'été du
mondes'y récolterai des bouquets
d'hymnes, des aurores métisses,
des couronnes d'idéal.
j'habite à côté du paradis
un atoll imparfait qui donne
sur..."
                              Mai 2002

https://youtu.be/gjdo0S5Xdew









dimanche 25 juin 2017

Christophe Bell Oeil
En concert à La Poissonnière ( 49) le 24 juin 2017


















https://youtu.be/fguslB03MME

vendredi 16 juin 2017

JoeyStarr
Le rappeur JoeyStarr pour la première fois au théâtre dans la pièce Eloquence à l'assemblée au Plessis-Macé le 15 juin.

lundi 22 mai 2017

Jean Pierre Siméon
Jean Pierre Siméon , Chênehutte les Tuffeaux le 20 mai 2017 



















"Ainsi tout poème est-il un grain de sable dans les rouages de la grande machine à reproduire le réel tel qu’il est, telle qu’elle l’imprime dans la langue et l’image de convention. Il l’est dans son abstention même, son refus qu’on lui reproche tant, de prendre part au jeu : mais c’est un jeu de dupes. On lui reproche d’être absent de l’actuel, du visible et du tangible du moment, quand il ne s’absente en réalité que du récit qu’on en fait."

Extrait de La poésie sauvera le monde paru en 2015 aux éditions Le passeur éditeur

Jean Pierre Siméon est né en 1950. Professeur de lettres notamment à l'IUFM de Clermont-Ferrand , poète et dramaturge, il est à l'origine du Printemps des Poètes,  manifestation nationale dont il fut jusqu'en 2016 le directeur artistique. Militant inlassable de l'écriture poétique et de sa diffusion, il écrit régulièrement dans le journal L'humanité en tant que critique littéraire.




vendredi 5 mai 2017

Franck Venaille
Paris , St Sulpice juin 2005




























"Je suis cet homme-là qui, tant et tant, crut aux ver-
Tiges et qui, désormais, dans la déchirure du lan –
gage se tient, regard clair, miné toutefois, blessé
Dans la fêlure du monde où les plaies suintent."

Extrait de" La Descente de l'Escaut" paru en 1995 aux éditions Obsidiane

Franck Venaille est né à Paris en 1936. Outre La Descente de l'Escaut (témoignage de son attirance profonde pour les Flandres), il a publié chez Obsidiane Tragique en 2001 et Hourra les morts! en 2003. Les éditions Mercure de France ont par ailleurs publié Chaos Paris en 2007, C'est à dire Paris en 2012, La bataille des éperons d'or, Paris en 2015 et Requiem de guerre en mai 2017 son dernier recueil. Franck Venaille vient d'obtenir le Prix Goncourt de la Poésie 2017 pour l'ensemble de son oeuvre.


mardi 2 mai 2017

mardi 25 avril 2017

Sevilla
El cantor Toni Espino al Rejoneo en el barrio Triana , el 16 de abril 2017

Sevilla
Barrio Triana, chanteuse de Flamenco au Rejoneo le 16 avril 2017

vendredi 14 avril 2017

dimanche 19 mars 2017

Christian Vogels
Librairie Contact à Angers , le 18 mars 2017


















L'arme à la main                                 on regarde                                         ça vient
on le laisse venir                                 au loin                                                 le silence de
l'au delà des lignes                             l'hiver                                                  de soi

on voit                                                     l'autre                                                 on le laisse
les jours                                                 les rires                                             à l'abandon
parmi les roches                                                                                              telle la trace
peu à peu                                                                                                           dans le vent
du sable                                                                                                             qui poudroie

comme                                                   le rien                                                 dans l'ombre
sur le corps                                           se fige                                                 la ride
l'heure                                                    à bas bruit                                          seule
va                                                                                                                          dans l'eau
parmi les morts                                   ça rêve                                                 la nuit 
ce chemin                                             de sel                                                   en toi




* Iconostase parue dans Neige d'Août N°19  - 06/ 2011 (remaniée 10/ 2012)

Christian Vogels a travaillé,  dans le cadre de ses recherches universitaires, sur la poésie contemporaine. Membre de la Commission Poésie au CNL de 2006 à 2009, il collabore à différentes revues littéraires. Il dirige depuis 2011 la revue de poésie N47. Il vient de publier Iconostases aux éditions Jacques Brémond (janvier 2017). 





Anne Bourrel
Maison Julien Gracq à St Florent le Vieil,  le 18 mars 2017



















"Dans toute la chaîne de vos ancêtres, ces gens auxquels vous tenez tant, vous tous, regardez : Il y aura au moins un mensonge. Minimum. C'est de l'esbroufe ces vies qu'on nous présente. Rien n'est rangé, rien n'est en place, rien ne tient. C'est comme la neige, c'est joli, c'est blanc, mais ça ne vient jamais quand on l'espère, ça fond à la moindre occasion et après, il n'y a plus rien, rien que la terre, rien que la boue."

Extrait de L'invention de la neige paru en 2016 aux éditions La manufacture de livres

Anne Bourrel est née en 1970, elle vit et travaille à Montpellier. Elle est l'auteure de romans, poésies, nouvelles et textes scéniques. Elle a notamment publié Contrebandes chez L'Harmattan en 2002, Le roman de Laïd chez Acoria en 2008 et Gran madame's aux éditions La manufacture de livre en 2015, ouvrage réédité en poche chez Pocket. Elle vient d'achever une résidence d'écriture à La Maison Gracq de St Florent le vieil.





vendredi 17 mars 2017

Tanguy Viel
Bouillon de culture, Angers le 15 mars 2017




















"Sûrement, ce genre de type, j'ai dit au juge, si on avait été dans un village de montagne ou bien dans une ville des Far West cent ans plus tôt, sûrement qu'on l'aurait vu arriver, à pied peut-être franchir  les portes de la ville, à cheval s'arrêter sur le seuil de la rue principale, en tout cas depuis le relais de poste ou le saloon, on aurait pas mis longtemps à comprendre à qui on avait affaire. (...)"

                         Extrait de Article 353 du code pénal, paru aux Editions de Minuit en janvier 2017



Tanguy Viel est né en 1973 à Brest. Il vit actuellement à Orléans. Il est l'auteur de nombreux romans aux éditions de Minuit dont L'absolu perfection du crime en 2001 pour lequel il a reçu le Prix Fénéon. Chez ce même éditeur, il a également publié Le Black Note ( son premier roman) en 1998, Cinéma en 1999, Insoupçonnable en 2006, Paris-Brest en 2009, La Disparition de Jim Sullivan en 2013 et Article 353 du code pénal en 2017.

samedi 11 mars 2017

Bernard Bretonnière
Angers, Musée des Beaux-Arts le 7 mars 2017




















Mercredi 15 Septembre

                                                   à la mémoire de Romain Gary


Pour quitter cette envie de larmes
la vie vieille bougresse les pannes les revers
rien qui marche qui avance
odieux mensonge originel ( La Promesse de l'aube)
et les déconfitures qui s'ensuivent
ici et maintenant je voudrais sortir un poème de mon chapeau
un poème tendre et fulgurant qui me replace
au coeur du monde 
mais voilà: le poème ne vient pas
ne vient pas
alors comment vous écrire
le sourire de la femme inconnue
qui me maintient en vie depuis bientôt deux heures?

Poème extrait de Datés du jour de ponte paru en 2016 aux éditions  les Carnets du Dessert de lune

Bernard Bretonnière est né à Nantes en 1950. Il collabore depuis 2000 à la Maison de la poésie de Nantes, il est également membre du Comité artistique de la Maison Gracq de St Florent le vieil. Auteur de nombreux recueils de poésie, il vient de publier, aux éditions Les carnets du Dessert de Lune, Datés du jour de ponte. Son ouvrage Pas un tombeau paru en 2003 au Dé bleu a été réédité en 2014 aux éditions L'oeil ébloui. Ce livre a également fait l'objet d'une adaptation théâtrale en 2010.

jeudi 9 mars 2017

Bernard Ascal
Collégiale d'Angers le 5 mars 2017




















" A mes corps et esprit défendant, je traverse, au sein d'un monde en détresse, de nombreuses crises de bien-être. Pour atténuer ces privilèges, je partage mon temps libre entre des oeuvres de charité et d'exténuantes courses montagnardes."

                                       Extrait de Un cul de sac dans le ciel paru aux éditions Rhubarbe en 2008

Auteur de poèmes, de nouvelles et de chansons à l'esprit libertaire, Bernard Ascal a mis en musique et interprété de nombreux textes de poètes contemporains avec une attention particulière pour les poètes africains et antillais comme Abdellatif Laabi, Léopold Sédar Senior ou Aimé Césaire. Il est aussi le directeur  de la collection "Poètes et chansons " chez EPM.

Extrait du CD "Poètes de la négritude"
https://youtu.be/Gr8qTGYQcjI


samedi 11 février 2017

Dominique Paquet
St Florent le vieil, Maison Gracq, le 10 février 2017




















LUI violent
La rivière refuse de me laisser nager ! Elle multiplie les tourbillons, le courant m’arrache à la rive, je tourne avec lui jusqu’à toucher le fond, là où le sable est si doux, si lumineux, si lisse. Je remonte à la surface avec le tourbillon, mais mon chagrin remonte avec moi, les hérons m’attendent en ricanant sur les rochers, Les grues ricanent. Les mouettes ricanent. Tout ricane. ! Alors je ricane aussi. Et je jette une pierre sur les canards, vers l’île Batailleuse pour leur dire « J’ bataille aussi moi ! ». Tu as compris ?
LIBELLULE
Pas tout. Tu es en colère, je crois. La colère, je connais. Regarde ma colère. Elle vole en zigzag, il la suit des yeux. Elle se repose sur son bras.
LUI
J’ai vu. On dirait la mienne.
     Extrait de Conversation avec ma libellule,  création de Dominique Paquet lors de sa résidence d'automne à la Maison Gracq

Née à Bordeaux, Dominique Paquet a mené des études de philosophie parallèlement à sa carrière de comédienne.Elle anime très régulièrement des Cafés-Philo destinés aux adultes ou aux enfants. Elle travaille également à des adaptations théâtrales de textes littéraires et philosophiques


mardi 7 février 2017

Geneviève Peigné
Angers, le 2 février 2017





















"Je supprime des adjectifs 
Je pousse des mots à côté en dessous
pour finir je retire le tuteur
savoir si la page tient ? "

Extrait de "L'interlocutrice" paru en 2015 aux éditions Le Nouvel Attila

Interview de Geneviève Peigné à propos de son livre " L'interlocutrice"
https://youtu.be/aBxFN-lR12c

Geneviève Peigné est née à Chartres en 1949 et vit à Dijon et Bazoches du Morvan où elle organise avec Jean François Seron le festival de poésie Samedi Poésies Dimanche aussi.
Elle est l'auteure de A défaut de miracle aux éditions Potentille en 2012.
Elle a également publié de nombreux récits ou romans érotiques sous le nom de Geneviève Hélène : Le tranchant des lèvres ( 1990), La belle que voilà ( 1990) ou encore Une scène de dévoration ( 1992) aux éditions Jacqueline Chambon
Elle est aussi l'auteure de plusieurs livres d'artiste notamment Poème pour l'oreille gauche aux éditions de La Goulotte en 2015 avec Jean Marie Queneau et Claude Stassart-Springer.


lundi 23 janvier 2017

Laurence Vilaine
Librairie les Parchemins à St Florent le vieil le 19 janvier 2017




















" Ce n'était pas grave de pas savoir.
On aurait pu ensemble pousser le fauteuil et laisser toujours la vitrine ouverte, déployer sur nos genoux tous les volumes, les vingt-et-un et même l'index, sortir la loupe de sa grosse boîte et suivre le contour des cartes, se raconter l'Histoire et remonter les fleuves, faire se rejoindre les mers. On aurait mine de rien approché de nous le savoir, ou le savoir serait venu à nous - il suffisait juste de se tenir l'échelle, de grimper trois ou quatre barreaux, de regarder par-dessus le mur à quoi ressemblaient le monde, le ciel et ses nuages quand ils deviennent moutons, chevaux ou dinosaures, ou dans le creux d'une pierre, la coquille molle du tout petit escargot.
Ce n'était pas grave.
On aurait pu jeter les bidons vides, pousser les vieux vélos, apprivoiser le monde tout simplement, plutôt que la crainte de ne pas être à la hauteur - à la hauteur de quoi, à la hauteur de qui ? De quoi avais-tu peur ?"

                      Extrait de La Grande Villa ( page 51) paru en 2016 aux éditions Gaïa 

Laurence Vilaine est née en 1965 et vit à Nantes. Elle est également l'auteure de Le silence ne sera qu'un souvenir en 2011 aux mêmes éditions Gaïa ( réédité chez Babel en format de poche)





mardi 10 janvier 2017

Petites histoires photographiques (5)
Washington 2013


Elle replace au mieux son chapeau délicieux, me donne une série d’images, joue avec le photographe.
 Son sac en plastique posé près d’elle déborde de ses pauvres vêtements entassés pêle-mêle. C’est une princesse.
Pas besoin d’une longue conversation pour comprendre qu’elle a eu son heure de gloire.
 La rue n’a rien éteint de sa lumière. Pourtant une grande mélancolie émane d’elle.
 Au Caire aussi j’ai connu des princes déchus.



















dimanche 8 janvier 2017

Petites histoires photographiques (4)
New York 2014



















 On ne voit pas l'East River, ni le pont de Manhattan, ni celui de Brooklyn si proche.
 L'enfant qui slalome entre les arbres fragiles échappe à sa mère, comme ces petits   écureuils des jardins américains, malicieux et rieurs.
 Les blocs de Chinatown lui font un décor de théâtre.
 New York disparaît dans l'image.
En plan caché , de lointaines contrées orientales .